DIEMERINGEN et environs...au fil des siècles

D'hier ...
               Dès l'âge néolithique, des établissements humains sont reconnus à Dehlingen, Ratzwiller, Waldhambach, Mackwiller…Des silexs sont trouvés à Diemeringen, Lorentzen, Voellerdingen….Des témoins de l'âge du bronze sont
découverts à Diemeringen, Mackwiller, Oermingen, et de l'âge du fer à Diemeringen et Domfessel.
    Epoque gallo-romaine – Mackwiller ( thermes, sanctuaires ) Domfessel , Oermingen, Ratzwiller, Dehlingen (Gurtelbach)…
    Epoque mérovingienne – Sépultures à Mackwiller, Diemeringen, Lorentzen, Domfessel,Ratzwiller…
Débuts de la christianisation.Possessions de l'Abbaye de Wissembourg à Mackwiller, Waldhambach (713), peut-être à Dehlingen (737) et à Diemeringen…
     9ième Siècle (Lotharingie). En 870, la région est rattachée à l'Empire franc oriental (germanique).Eichelgau ( Achilgowe,  pagus aculinensis ),à l'est du Saargau
     12ième siècle  - Le pays de l'Eichel dépend des Comtes du Saargau.
     13ième siècle -  Les seigneurs de Fénétrange tiennent en fief des comtes de Deux-Ponts le château de Diemeringen.
    
1275 – Lors de son mariage avec Catherine, fille du comte Henri II de Deux-Ponts , Hugues de Fénérange reçoit en toute propriété, dégagée de tout lien de dépendance
 féodale, le château de Diemeringen.Le document contient la première mention faite à Dymeringen.
    
1289 – Hugues de Fénétrange accorde à la ville de Diemeringen (die stat) une série de privilèges (Freiheitsbrief). 
    
1350 – Une famille noble de ministériaux porte le nom de Diemeringen ; leurs armes ont donné celles de Diemeringen 
 
(après 1950).
 
    
1422 – Henri  de Fénétrange engage Diemeringen (sloss, stat und vorburge) , Dehlingen, Butten, Voellerdingen et quelques
 hameaux au comte Philippe I° de Nassau-Saarbrücken. Le gage est partiellement repris au bout d'un demi-siècle : vers 1474,
 Diemeringen et Dehlingen sont revenus aux Fénétrange, alors que Butten et Voellerdingen restent à Nassau-Saarbrûcken.
  
    
1474 – A la mort de Jean , dernier sire de Fénétrange, la moitié de la seigneurie de Diemeringen passe au comte de Nicolas de
 Moers-Saarwerden, du fait de son mariage avec Barbe de Fénétrange.
   
    
1482 – Cette propriété échoit au Rhingrave Jean  VI, comte de Salm, seigneur de Morhange,par suite de son mariage avec
 Jeannette, comtesse de Saarwerden, fille de Nicolas de Moers-Saarwerden et de Barbe de Fénétrange.Au moyen d'achats,Jean VI
 finit par devenir le maître de la totalité de la seigneurie de Diemeringen.
  
    
1520 – Jean VII reçoit en héritage le "Wildgraviat" de Kirburg (Hunsrück) et les terres de Morhange, Puttelange et Diemeringen.
  
    
1525 (Guerre des Paysans) – Diemeringen est occupé, et à la nouvelle de l'avance rapide de l'armée du Duc Antoine de
 Lorraine, la troupe paysanne dite de Herbitzheim quitte la région en direction de Graufthal-Saverne.
 
    
Vers 1565 – Introduction de la réforme 
     Guerre de Trente Ans (1618-1648) – Cette guerre a durement éprouvé le pays de Diemeringen : la ville est occupée de 1629 à
 1633 par les troupes lorraines. Elle a une garnison suédoise en 1634, puis elle est prise par les Impériaux de Gallas en 1635. Les
 Lorrains l'occupent encore en 1641-1643, puis de 1647 à 1659 bien au-delà des traités de Westphalie. C'était aussi le temps où
 la famine et les épidémies ont ravagé la population.
     1670 – 1673 – Les années 1670-73 sont marquées dans la seigneurie par le lamentable spectacle d'une douzaine d'exécutions
 capitales pour sorcellerie.
     1674 – 1697 – Lors de la guerre de Hollande, Diemeringen est pris le 3 mars 1674 par les unités de l'armée  de Turenne ; le
 château et les fortifications sont démolis en 1677. En 1680, par décision des Chambres de réunion, les terres des
 rhingraves sont en grande partie incorporées au Royaume de Louis XIV (province de la Sarre).
 
Jean X rend hommage au roi pour Morhange et Diemeringen. Le traité de Ryswick (1697) met fin à cette occupation.
     1688-1718 - A la mort de Jean X (1688) Diemeringen est laissé à sa veuve comme possession viagère. Elle y construit une
 nouvelle résidence, et y décède en 1718.
     1718 – 1792 – La succession de Jean X et celle de la veuve douairière ont donné lieu à de longues contestations. La seigneurie
 est dite "vierherrig". Le prince de Salm-Salm a droit à 3/16,le prince de Salm-Kirburg à 3/16, le rhingravede Grumbach ,à 5/16 et
 celui de Rheingrafenstein à 5/16 des revenus. 

  
  1793 – 1801 –
Après divers mouvements populaires, a
 Convention
 décrète, le 3 frimaire an II (23 novembre 1793), la réunion de la
 seigneurie à la République. Formation du Canton de
 Diemeringen
(1793 – 1800) qui fait partie successivement du
 district de Neu-Saarwerden ( 1793), du district de Sarre-Union
 (1794 – 1800 ) et de l'arrondissement de Saverne (1800 – 1801),Diemeringen est ensuite rattaché au canton de Drulingen,
 Ratzwiller, et Dehlingen à celui de Sarre-Union. Le traité de
 Lunéville (1801) ratifie la décision de l'acte révolutionnaire de 1793.


 Depuis son rattachement à la France en 1793,
 Diemeringenet les autres communes partagent le sort du Département du Bas-Rhin.
 …à nos jours

   
Située dans la vallée de l'Eichel, aux confins du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, la commune de Diemeringen compte
 1600 habitants en 1992.La gare ferroviaire, sur la ligne Strasbourg-Saarbrücken, draine de nombreux usagers de l'ensemble de
 l'Alsace Bossue et du proche pays de Bitche. Diemeringen est un centre commercial coquet et actif, qui s'est également doté
 d'une zone industrielle.
  Le nouveau quartier de la commune, qui s'étend sur la rive droite de l'Eichel où se trouve aussi le collège, a connu un
 développement considérable. Pour l'anecdote, signalons que les habitants de Diemeringen, tout comme ceux des villages voisins,
 ont un sobriquet : on les surnomme volontiers "Kaffeelappe" (buveurs de café).
 
                                                                                          
                                               
                                                                                                                                                                               Georges Brunner

           Les monuments Historiques                                L'eichel                                           Le Miqwé                          Retour  |   Page d'accueil